Recyclage du verre : une commission parlementaire est de mise

119

Laval, 27 février 2019 — Le syndicat des Teamsters est d’avis que le rapport déposé par Éco Entreprise Québec (EEQ) à propos du recyclage du verre hier soulève beaucoup de questions sans réponses et réclame la mise en place d’une commission parlementaire afin d’aller au fond des choses. De plus, ÉEQ écarte mystérieusement la consigne du verre dans son analyse alors qu’elle a démontré son indéniable efficacité au cours des décennies.

Rappelons que les Labatt et Molson de ce monde utilisent avec succès un système de consigne du verre depuis plus de 35 ans. Les bouteilles brunes décapsulables des brasseurs sont lavables et réutilisables de 12 à 17 fois. Elles sont recyclées à 100 % et leur taux de récupération est de l’ordre de 98 %.

Grâce à la consigne, le système de récupération des bouteilles brunes est entièrement géré et assumé par l’industrie de la bière via son système de distribution à la grandeur du Québec. Elle ne coûte donc rien aux contribuables ni au gouvernement.

Il y a quelques années, les brasseurs produisaient environ 37 % de leur production de bière en canette et payaient des pénalités au gouvernement en vertu de l’Entente Recyc-Québec. Désormais, c’est plus de 55 % de la production de bière qui est vendue en canette. À l’époque, le contenant de choix était la bouteille brune puisque plus écologique. Désormais, le tiers des canettes se retrouvent dans les sites d’enfouissement et contamine au passage les autres matières dans les bas de recyclage, en plus de coûter cher aux payeurs de taxes.

L’expérience démontre que la bouteille de verre peut être réutilisée et recyclée à l’infini via la consigne. Par conséquent, le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, doit consulter l’ensemble des parties prenantes dans ce dossier afin de prendre une décision responsable en matière d’environnement et d’emplois de qualités pour les travailleurs-euses d’ici.